Thomas Voekler… on passe le moteur au radar ?

Ah qu'il est beau le nouvel idole et chouchou des journalistes, qu'il parle bien, bref, le voilà le remplaçant de Jalabert et Virenque, celui qu'on nous présente comme le champion, ce grand monsieur dirait Thierry Adam.

Oui, Thomas Voeckler roule moins vite que Virenque, Brochard, Dufaux, Didier Rous, Zulle.... qui en 1998 carburait tous à l'EPO. Pas de doute la dessus. C'est au moins ça de gagné pour les espoirs qui rejoignent les rang des pros, il m’apparaît possible d'être un honnête professionnel, mais jusqu’à quel niveau peut on se hisser ? Je crois dans l'intégrité de Thibault Pinot, et Jean Christophe Peraud par exemple.  Jicé, qui travail avec un ami Mickael Bouget depuis de nombreuses années et qui connait bien le niveau de son poulain (voir interview ici). Cela fait un moment que je n'ai pas vu Mika, mais s'il me lit, je lui passe le bonjour.

Pas un pet de gras !!! ça va gicler dans les bosses

Et si on ouvrait le capot de Thomas pour voir ce qu'il y a dans le moteur du nouveau chouchou. Hier  à partir du km 115, Thomas Voekler à fait un exploit car il à fait péter le groupe de 38 coureurs dans le Tourmalet, réalisant les 5 derniers kilomètre en 16'15 pour un dénivelé de 454 m d'après open runner et altigraph. Ce qui donne une puissance de 364 watt pour un gaillard de 63 - 64 kilo.  En évoluant à cette puissance entre 1600 et 2100 m d'alt, la performance me laisse réveur, car en basse altitude les 400 watt était envisageable pour un coureur de 63 kilo dans les 5 derniers km d'un col qui dure presque une heure à gravir.

Pour vérifier les puissances estimées, nous pouvons nous appuyer sur la publication de la puissance de Brice Feillu (1m88 66 kilos) qui monta les 7 derniers kilomètre à 375 watt pendant 21 minutes (397 watt étalon). Il développa 290 watt de puissance moyenne brute pendant 5h45, avala 4653 m de dénivelé, brula 6022 kilocalorie... les connaisseurs apprécieront.

En watt étalon cela nous donne 404 watt... ou la la ! on se rapproche des 410 watt que Vayer considère comme dopage avéré, mais on n'y est pas encore. Mais quand même 400 watt autour de 2000 m d'alt c'est fort. Plusieurs études rapportent qu'a 2000 m d'alt la performance aérobie est diminuée autour de 5 à 10%.

Médecine du Sport page 42, Hugues Monod, Pierre Rochcongar - 2009 - 487 pages

Si on regarde bien ce final d'étape, Voeckler et Feillu, puis Voeckler tout seul a tenu tête a l'équipe SKY et Liguigas réunie. Il faut le faire non ? Hier Voeckler à certainement produit plus de watt que Froome, Nibali, Wiggins dans les 70 derniers kilomètres de l'étape. Entre le pied du Tourmalet et l'arrivée, le peloton n'a rien repris à Voekler qui  termine l'étape en trombe. Pourtant derrière, les SKY assurait le train, puis les équipiers de Nibali ont durci la course, puis Nibali attaque, faisant péter tous le monde sauf Froome et Wiggins. Et bien tout ce petit monde n'a pas pu reprendre du terrain à Thomas Voeckler.  Chapeau, énorme...

L'étape est bouclée en 5h35 à 35 de moyenne, la ou les 1er cyclosportif qui sont en fait des coureurs de 1ere catégorie ont mi 6h44. (météo pourri j'en conviens), mais par exemple Loic Herbreteau (ancien champion de France FFC déchu) termine l'EDT en 6h48 à 30 de moyenne.  Allez hop là 5 km/h dans les carreaux. (1)

Y a pas à dire il est fort Voeckler hein, quand même !!!! N'était il pas un peu trop fort hier quand même ? Que pense t'il du dopage ? J'ai commenté en vert.

Lance Armstrong voit ses soucis réveillés par l'agence américaine. Est-ce que vous êtes favorable à ce que l'on vire le septuple vainqueur des tablettes du Tour à la lumière des derniers éléments ?

Non. Je préfère que l'on utilise l'argent pour lutter vraiment contre le dopage aujourd'hui, pas pour s'occuper du passé. ça ne sert à rien. Tout n'est certainement pas tout rose dans le cyclisme d'aujourd'hui, mais je crois que tout va de mieux en mieux. (c'est vrai, ca roule moins vite) Continuons, et ne nous occupons pas de ce qui est arrivé hier...(au contraire, l'histoire est le socle des habitudes sportives, en faire abstraction est une erreur, combien d'anciens dopés sont devenus DS, Manager des équipes pros ???) Moi je suis coureur de maintenant et c'est tout ce qui m'intéresse.

C'est du passé, oui, mais pas très ancien. Vous avez quand même souvent croisé le fer avec lui...

Si je devais m'interroger sur tous les gens qui m'ont battu, savoir si c'était juste ou pas... (et les autres peuvent t'il se poser de question quand vous les battez, ou il est préférable qu'il ne fasse pas marcher leur méninge ?) Je n'ai vraiment pas envie de me prendre la tête avec ça. (2)

Vous vous rendez compte pour un gars qui du 12 au 25 juin aura du se passer de vélo à cause d'un genoux douloureux. Il reprend l'entrainement 6 jours avant le début du Tour, alors qu'il n' a pas fait de course depuis 3 semaines, lui le coureur qui avait besoin de beaucoup courir nous disait on dans tous les magazines de vélo. Les mauvaises langues dirait que c'était de l'intox, une façon de se tenir loin des compétitions pendant une période de positivité élevé au contrôle antidopage... je m'en garde, je n'ai pas d'élément pour broder la dessus, mais ce genre de stratégie existe bien évidement dans le sport.

Si vous doutez de l'intégrité de Wiggins, Froome ou Nibali.... attention, Voeckler à montré qu'il pouvait être plus fort hier. Tient au fait, rappelons que fin juin on apprend par la presse que l'équipe Europcar est soupconné d'usage de produit illicite lors du tour 2011. (3, 4). Il s'agit visiblement d'une accusation remontant à aout 2011 mais qui n'a pas vraiment avancée (faute de preuves, blocage de l'enquête ?)

Selon diverses sources proches de l’enquête, il y aurait bien eu des injections chez Europcar sur le Tour de France 2011. Mais semble-t-il des injections du genre vitamine B. (ouf)

Le dossier que détient Dominique Pérard comporterait également des suspicions d’usage de corticoïdes. Mais l’AMA autorise les corticoïdes en compétition pourvu qu’ils n’aient pas été administrés par voie orale, intraveineuse, intramusculaire ou rectale. Dans ce cas, les coureurs ont peut être utilisé une pommade de type corticoidale et personne ne pourrait à voir à y redire. (Directmatin le 18 juin 2012)

Parenthèse à propos de la cortisone :

J'attend qu'on m'explique comment ont fait pour différencier l'administration de corticoïdes en pommade avec ceux en pilule ou en injection. Nul part il n'est expliqué comment il est possible de faire la distinction sur de nombreuses préparation pharmaceutique.

Lors des mes études nous avions un professeur d'endocrinologie (glande hormonale) qui nous expliquait que les personnes sous cortisone artificielle présentaient un effondrement la synthèse de cortisone produite par les glandes surrénales. En conséquence de quoi, sans les médicaments, les valeurs de cortilosémie étaient effondrée dangereusement. Sans les glandes surrénales qui font la taille d'un petit pois, c'est la mort nous rappelait t'il. La cortisone est un médicament qui rend inopérante les glandes surrénales. Pour lui un sportif dont le cortisol était effondré témoignait de son utilisation abusive de cortisone. Tiens au fait n'est ce pas Antony Charteau (Europcar) qui fut arrété lors de la 4ème étape des 4 jours de dunkerques pour cortilosémie effondrée ? (5) La veille le DS Jean René Bernaudeau annonçait que l'abandon était du à des douleurs aux genoux... quel farceur ce Jean René !

Au fait à quoi sert la cortisone ?  Et bien c'est une hormone du stress, un peu comme l’adrénaline, vous savez cette hormone qui vous fait battre le coeur, qui vous donne un coup de chaud, une force décuplée. Et bien les corticoîdes sont une hormone du "stress long", c'est a dire qu'elle n'agit pas comme un booster du genre adrénaline, mais comme une hormone qui vous maintient en état de stress. Ce qui se traduit par un blocage de l'immunité, une mobilisation accrue du glucose et des lipides pour répondre à la demande d'énergie, mais aussi un blocage des processus inflammatoire qui bloquerait la capacité de performance. Bref, la cortisone a une fonction pour faciliter la mobilisation des ressources énergétiques, y compris celle qui sont les plus dure à allez chercher (lipides sous cutanés, acides aminés pour les transformer en glucose). C'est évidement un médicament dont l'usage est très dangereux pour la santé, il favorise l'ostéoporose (fracture facile), l'asséchement des glandes surrénales (risque de complication médicale, mort) , bloque le système immunitaire (infection à répétition).

"On nous aurait menti..." ce ne serait pas le première fois ? Et si on nous mentait pas que dans le sport au fait... car il s'en raconte des mensonges à la télé...

Allez Thomas, pour le moment on n'en sait rien, on aimerait bien  vivre dans le meilleur des monde, mais fait attention quand même à ne pas glisser sur une peau de banane car si tu dégringole, on va tous en prendre pour notre grade, qu'on soit cyclo, coureur amateur, il n'y a que ceux qui vont chercher le pain qui vont échappé à la théorie du tous dopé...

 (1) : http://www.asochallenge.com/fr/etape-du-tour-2012-acte2_classement.html

(2) http://ti-voeckler.skyrock.com/2.html

(3) http://leplus.nouvelobs.com/contribution/586200-tour-de-france-l-equipe-de-voeckler-soupconnee-de-dopage-le-lourd-silence-d-europcar.html

(4) http://www.directmatin.fr/article/43958

(5) http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2012-05-10-lequipe-fr.htm

Permalink to: Thomas Voekler… on passe le moteur au radar ?

Include this: Thomas Voekler… on passe le moteur au radar ?

Comments

  1. Bonjour
    Analyse très pertinente surtout quand on la compare cette année avec l’effondrement du taux de cortisolémie de Pierre Rolland. On dirait qu’il y a anguille sous roche chez Europcar.

  2. Je suis très surpris que personne ne s’étonne de la performance de Pinot pour plusieurs raisons : 1) Son premier Tour 2) Ne s’était pas spécifiquement préparer pour le faire 3) Le seul à pouvoir suivre Froome et Wiggins lors de la dernière étape pyrénéene 4) A la capacité de les attaquer alors que Nibali, Roland et consort ont déja sauté…
    Je souhaiterais que vous m’éclairiez, vous connaisseur, sur le fait que la question de la suspicion de ne se pose pas pour Pinot?
    Cordialement

    1. Bonjour.

      En réalité, on sait depuis quelques années que Thibault Pinot est un excellent grimpeur, un grimpeur de classe mondiale (inconnu du publique, mais pas des pelotons), les puissances qu’ils développent en montagne ont toujours été très parlante. Il est le frère de Julien Pinot, un très bon technicien de l’entrainement qui est formé à Besançon avec Frédéric Grappe il me semble. Thibault à toujours été entre de bonne main aussi aec l’entraineur de la FDJ (Decrion).

      Ce garçon semble avoir un profil taillé sur mesure, physique léger, profil bio énergétique favorable à ce genre d’effort, technique de pédalage naturellement efficace en montagne…

      Lors de la dernière étape des Pyrénée il fait un exploit, mais Wiggins n’était visiblement pas très bien et je pense que l’allure n’était pas non plus magique en terme de puissance (au regard de la montée de la planche des belles filles par exemple ou Thibault ne parviens pas à suivre le rythme de folie des Sky).
      Dans l’étape des Pyrénées, la performance de Pinot est formidable, mais obtenue avec une gestion de course économe, dans un bon jour pour lui et un jour assez mauvais pour Nibali et Wiggins…
      Dans ces cols qui se montent assez vite, l’abris du vent n’est pas négligeable.

      Les journalistes qui n’y connaissent pas grand au chose au vélo, comme à chaque fois voit dans cette jeunesse le remplaçant de Bernard Hinault pour remporter le Tour. Mais je suis pas aussi enthousiaste. Pour gagner le classement général un jour, la marche est haute. Il faut monter encore plus vite, rouler beaucoup plus vite en CLM.

  3. Oui tu as probablement raison pour la cortisone, Voekler a du être sous ses effets.
    De toute façon pour montrer une telle facilité dans les cols , et larguer des Voigt ou Sorensen sur le plat, faut pas être à jeun!
    Si tu as lu”Massacre à la chaine” de Willy Voet (soigneur Festina), tu trouveras le kenacort comme corticoïde qui était et est encore largement employé dans les peloton, il explique bien les effets !
    Moi aussi j’ai aimé le panache de Voekler, mais j’ai des doutes et j’espère que dans 6 mois on va pas nous sortir des échantillons positifs !
    a+ stéph

    1. Bonjour.

      En fait dans mon article, j’ai parlé de la cortisone mais pas le but de sous entendre que les coureurs se dopent avec, mais plus parce qu’il s’agit d’un sujet qui méritait un éclaircissement en raison des récentes mise au repos forcé de certains coureurs cycliste.

      Il est bien sur probable que de nombreux sportifs disposent d’une AUT pour en utiliser, mais en réalité, je pense que ce médicament est a double tranchant, il ne peut pas permettre des performances continus sans l’utilisation d’autre produit dopant pour limiter les effet collatéraux destructeur de la cortisone. En effet : Cortisone = fonte musculaire, mauvaise récupération car l’inflammation naturelle des tissus est bloquée.
      Ces médicaments ont énormément d’effet secondaire lourd et pénalisant pour un sportif. Je pense que les sportifs qui se dope avec ça font une erreur à moyen terme pour leur performances. Ce genre de dopage s’est avéré efficace sur quelques édutes médicales chez des sportifs amateur loisir, mais à court terme, sur un usage unique, et cela se manifestait sur l’endurance, pas sur la puissance maximale aérobie.

      Mon professeur d’endocrinologie nous rappelait souvent que bien des pratiques dopantes étaient boiteuses et inefficaces, et il rangeait la cortisone dans celle ci.

      Si dopage il y a actuellement dans les sports d’endurance, je pense qu’il faut chercher du coté des innovations médicale comme l’AICAR dont on a appris il y a quelque jour qu’un entraîneur de natation s’est fait arréter en possession de ces médicaments en Espagne

      Merci de votre lecture.

  4. C’est bien de voir les deux versions du super-héros. C’est vraiment à méditer.

    Merci pour l’article, le site est vraiment bien.

    Bonne continuation.

  5. Bonsoir

    je vous félicite pour vos analyses méme si je pense que voeckler est simplement un gros moteur. En 2004 il n’était pas ridicule face aux basso ou armstrong.
    Mais je voulais surtout faire une remarque sur altitude , ce qui vous laisse songeur par rapport aux perf de coureur europcar. Je suis cycliste amateur ( 300 watts au seuil ) et je n’ai jamais souvent de altitude ( galibier, bonnette, sierra nevada, stelvio). Je n’ai pas du tout les memes capacités que ces pros mais j’ai toujours garder un effort constant sur la totalité de la montée.

    1. Bonjour.

      Oui, c’est vrai que la réactions à l’altitude est différente d’un sujet à l’autre. On peut maintenir la puissance dans un col, par contre l’engagement mentale pour maintenir la même puissance devient de plus en plus fort, et 300 watt à 2000 m sera plus éprouvant que 300 watt en plaine. ce qui est intéressant c’est de faire un test maximale (PMA par exemple sur la fin d’un haut col que vous montez tranquillement durant toute l’approche). J’ai déjà fait ce test, si en terme de sensation je me sent autant à bloc, la puissance reste sensiblement plus basse. Cette baisse de puissance est variable selon les individus.
      Pour moi, ma PMA perd environ 5 % à 1800 m.
      Une étude avait été faite chez des coureurs de 3000m, il perdait 48″ à 2100m sur leur temps en plaine en moyenne.

  6. La comparaison entre l’étape cyclosportive et l’étape du Tour par les professionnels est un peu osée. On ne peut pas comparer un peloton groupé de pros, dont les équipiers se sacrifient pour emmener et protéger leurs leaders avec des cyclos qui roulent tous éparpillés, sans voitures pour les ravitailler. Et Herbreteau, ça fait très longtemps qu’il a été champion de France FFC, et depuis, son niveau n’est absolument plus le même. De plus, ça n’a jamais été un excellent grimpeur (pour avoir couru avec lui). Cependant, c’est vrai que Voeckler a fait un numéro incroyable, mais bon, ça m’agace un peu qu’on ne se pose ces questions seulement pour le cyclisme.

    1. Bonjour

      Oui, la comparaison reste très aléatoire surtout à cause de la météo, mais globalement si on observe toute les EDT depuis 10 ans, les premiers perdent au moins 1 heure sur ce genre d’étape.
      Le fait d’avoir des équipiers qui vous emmène ne change pas la donne, car sur l’EDT Cyclosport si vous souhaitez rester à l’abris et vous faire emmener, c’est facile, il suffit de laisser faire. Nous avons l’exemple des temps de montée aussi, si on compare les temps de montée des meilleurs de l’EDT cyclosport et de l’étape professionnel on mesure un écart de 10 à 25 % en terme de puissance. Par exemple, en 2010, Contador et schleck montent le Tourmalet en 48′ (440 watt), là ou les premiers de l’EDT cyclo montent en 1h04 (304 watt).
      Pour le niveau de Loic Herbreteau, il est certes moins haut, mais cela se joue à pas grand chose en valeur absolue. A ce niveau si vous perdez 3-4 % de votre PMA vous descendez d’un cran. Il gagne encore des courses, et même en DN3, il y a des bonnes pointures comme Médéric Clain, Mickael Larpe.

      On a vue une performance exceptionnelle ce jour là. A t’on jouer à les limites d’un corps humain ? J’attend avec impatience l’avis d’autres spécialistes qui ont la possibilité de s’exprimer sans retenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>