2010… en 2ème caté et du triathon en plus.

Je viens de voir que malgré le peu de course sur route  que j'ai faites en FFC  (14 +  3 Cyclosportives + 2 triatlons) je suis classé en 2ème catégorie. Cela ne me gène pas, je
sais que j'ai les jambes, mais ca réduit considérablement le choix des courses.
Ainsi pour 2010 je choisit de refaire des triathlons

longue distance
. J'en ferais
2 ou 3 que je vais préparer un peu plus sérieusement pour la partie natation et course à pied. Pour ce qui est du vélo je vais garder la même stratégie et concentrer l'essentiel de la charge
d'entrainement sur mon sport favoris.
Le programme des courses sera probablement moins chargé qu'en 2009 car je ne compte pas traverser l'auvergne trop souvent pour allez faire des courses en 2ème catégorie. je ferais au
maximum 2 courses par mois en moyenne.
J'éviterai les courses à risque de chute. Il y en a pas mal en début de saison ou pour espérer faire une place il faut prendre quelque initiative risquée. Je me concentrerai sur des courses ou la
prise de risque sera minimum car je n'ai pas envie de me faire bobo... qu'importe si je rate des échappées... pour moi ce qui compte c'est de prendre du plaisir dans l'effort et d'éviter les
contres temps liée à une chute et au surentrainement. En faisant peu de course je vais limiter ces 2 risques que sont les chutes et le surentrainement.

Par contre je vais faire des entrainements un peu poussé, mais cela ne me dérange pas, j'adore les efforts gratuits sans confrontation, juste cette sensation d'avaler les km avec
aisance, de gravir les cotes sans devoir lever les fesses ou enlever le grand plateau, ne pas resentir la fringale malgré 5 ou 6 heure d'efforts... j'adore cet état de légereté qu'on arrive à
ressentir sur des sorties longues.

Je ne me fixe pas d'objectif en course, je prendrais ce qu'il y aura à prendre et si je peux favoriser la victoire d'un jeune du club je le ferais avec plaisir.

En triathlon, je ne me fixe pas non plus d'objectif, mais je ne reve que de refaire Embrun, ce qui dépend de tout un tas de paramètre... dates des congés de madame entre autres... et
j'aimerais bien faire le triathlon de l'Alpe d'Huez et le Tri Sapin avant. Bien sur je préparais ces triathlon pour que le plaisir soit maximum, je ne vise pas de place particulière, mais si
j'améliore mes temps je serais ravis.

Pour Embrun, le fait de le refaire une seconde fois est risqué, car j'ai pris tellement de plaisir sur ce 1er essai que je ne voudrais pas me planter et gacher la joie de cette course. Le
but serait de revivre de telle sensation en vélo, et en courant car même si la course à pied à été dure a partir du 15 km, j'ai savouré chaque km de cette fête.
Et surtout j'aimerais que mon fan club familial et mes amis se déplacent pour profiter de la fete et des vacances dans le coin. Ils pourront me faire un gros reportage vidéo souvenir. Quand je
revois certaines vidéo d'autres participants j'en ai parfois la chaire de poule, la gorge sérrée tellement cette journée est étrange.
Alors que j'ai fait plus de 500 courses dans ma vie, plus de 200000 km de vélo, ceux que j'ai pu faire ce 15 aout 2009 ont été les plus agréable de ma vie. J'ai repensé pendant des semaines à
cette course, c'était plus fort que moi, les images circulaient sans cesse dans mes pensées, j'ai vraiment eu le sentiment que cet effort était quelque chose d'ultime. Ma participation au Tour de
Tunisie en 2003 m'avait certes plu, mais l'ambiance de la course était trop tendu avec les différentes équipes nationales d'afrique du nord qui voyait d'un mauvais oeil la présence des Français
pour leur chiper les victoires.
Quand j'étais mome j'adorrais me surpasser en vélo, je m'amusais à compter les km dans mon quartier, il m'est arrivé un jour d'été de faire 100 km dans la journée à tourner autour du paté de
maison (730 le tour du quartier).. Je ne sais pas ce que je recherchais en faisant ca, mais  plus les km s'affichait sur mon compteur et plus j'étais content. Je sentais que c'était quelque
chose de fort car mes copains abdiquaient rapidement, ca les gonflaient assez vite, alors que moi, ca m'amusait. A 15 ans j'ai accompagné mon papa pour une randonnée de 220 km.... rien que ça...
j'étais content... super heureux de me lever à 6 h du matin pour allez faire ça.... Aujourd'hui je me rend compte que cet Embrunman était la course que je devais faire un jour car je retrouve le
coté solitaire de l'effort sur ce triathlon, mais aussi l'aspect compétition et la chaleur du publique qui reconnait à sa juste la valeur l'effort et la tenacité de chacun.

 

Partager l'article !
 
2010... en 2ème caté et du triathon en plus.:
Je viens de voir que malgré le peu de course sur route  que j'ai faites en FFC  (14 +& ...

Permalink to: 2010… en 2ème caté et du triathon en plus.

Include this: 2010… en 2ème caté et du triathon en plus.

Comments

  1. Bonjour, Quentin,
    Je comprends ta position sur Embrun, semble t’il partagée pour l’émotion au sein de Puissance 3 par Seb Moreau, Philippe Pichot, Stephane Dauphin et Philippe Beroud. Mais il se dit aussi au sein du
    club (lorsque nous échangeons sur le sujet à la piscine) que l’ironman France à Nice est un sommet,encore bien supérieur à Embrun en matière d’organisation, de public… plus cher aussi à
    l’inscription, mais parait-il tout à fait justifié…

  2. Salut Pierre.

    Bin oui c’est aussi ce qu’on me dit… mais sur nice je crois que l’effort ne sera pas aussi agréable en vélo car le parcours se boucle en moins de 5h. Je pourrais pas me faire autant plaisir sur
    le vélo car le parcours n’est pas assez dure pour une enclume comme moi qui prend déjà 22′ en natation, sans compter qu’il y a plus de monde et que dans l’eau je vais noyer… déjà qu’a embrun j’ai
    galérer au départ. Le marathon tout plat me conviendrait peut être.
    Et puis sur Embrun, ce qui a participer à cet état d’émerveillement c’est aussi que cela se passe le 15 aout, à un moment de l’année ou je suis en vacances et ou j’ai pu arriver détendue, et ou j’ai pu rester une semaine après à me ballader dans le coin….

    L’état mental dans lequel on est arrivée la bas était aussi conditionné par les vacances. C’est pour ça que je ne me vois pas le refaire sans
    prende 10 jours de vacances en mêmes temps en famille.

    Nice en plein mois de juin c’est impossible pour moi professionnellement. Ce genre de course je crois qu’il faut l’intégrer dans des vacances…. et puis j’aime la montagne plus que la mer… c’est
    aussi qui m’a attirer la bas… voir des montagnes et ses routes escarpés ca me plait.

Comments are closed